Journées de l’ANSES : Santé des abeilles 12/12/2018

Journées de l’ANSES: Santé des abeilles 12/12/2018

Colloque intéressant, mais de niveau variable.  Le public était varié, avec des représentants des organismes apicoles venus écouter la bonne parole, pas mal d’étrangers aussi, belges, suisses etc…

La journée a commencé par une conférence sur les produits de la ruche à la préhistoire (en fait du néo/mésolithique à l’époque antique) par une archéologue et chimiste (Martine Regert, CNRS et CEPAM, Nice).  J’en ai retenu que l’apiculture a été une activité importante dans tout le bassin méditerranéen et au delà dès le mésolithique.  La transition cueillette/élevage a semble t-il eu lieu tôt avec même la construction de ruches élaborées en terre cuite comportant des rainures pour accueillir les rayons.  L’apiculture était pratiquée en particulier en ville et les témoignages de la période historique montrent que cette activité était importante avec taxation chez les égyptiens, les grecs et les romains.  Actuellement, seuls les résidus de cire sont analysables, exceptionnellement des pollens.

Continue reading →

Week end tests VSH 2017

Dans les épisodes précédents, nous vous avons expliqué que les abeilles hygiéniques, c’est à dire celles qui détectent précocement les nymphes “malades” dans les alvéoles et les extraient rapidement avant que la loque ou d’autres maladies du couvain ne se propagent doivent être sélectionnées.  Notre but étant de produire (de façon naturelle) des abeilles résistantes au varroa, il nous semble capital de pouvoir relier d’une part ce comportement hygiénique qui représente l’immunité adaptative des abeilles -un peu comparable à celle qui nous permet de produire des anticorps- et d’autre part la “résistance” au varroa.  En effet, et c’est ce que représente cette dernière vidéo, ces abeilles sont appelées VSH parce qu’elles ont un comportement hygiénique spécifiquement dirigé contre le varroa.  Ainsi, nous essayons de sélectionner les abeilles, qui détectent rapidement et extraient les nymphes contaminées.  Néanmoins, y-a-t’il corrélation entre le comportement hygiénique général dont on vous a parlé dans les épisodes précédents, et le comportement spécifiquement dirigé contre le varroa ? That is the question.  Les études sont en cours comme vous avez pu vous en rendre compte, et nous ne manquerons pas de vous donner les résultats en primeur.